Mission accomplie : nous avons retrouvé le grimoire des Sorcières

Ma rencontre avec Maïté remonte au tout début de Coffretis. Après avoir passé des mois à peaufiner mon projet, je me suis retrouvée paralysée devant mon ordinateur au moment de me lancer “pour de vrai”, incapable d’envoyer un mail de prospection à qui que ce soit. Une période de trois semaines, à regarder ce fameux mail de prospection, ne pas l’envoyer, et s’atteler à peaufiner des détails qui n’avaient aucune importance sans partenaire. Pas de partenaire, pas de projet.

Il était grand temps de sortir s’aérer un peu, et comme je me refusais à perdre du temps (quelle ironie, n’est-ce pas), je suis sortie de mon bureau pour me rendre à plusieurs animations de LYVE, le premier festival d’entrepreneurs de Lyon. Un bel après-midi d’avril, je me rends donc à la Guillotière, sous l’initiative de RDI, pour rencontrer des entrepreneurs du quartier qu’ils avaient soutenus financièrement. Le rendez-vous était donné devant Le Pass’heure. Pourtant très intéressée par les escape games, je n’avais jamais remarqué celui-ci, pourtant à moins de 50 mètres de mon domicile. 

Un escape game 100% original et inédit à Lyon

Une histoire de passion : les jeux Grandeur Nature

La porte est un peu curieuse, avec pour seule ouverture un soupirail à hauteur d’yeux. Il s’avère en fait que l’endroit était auparavant une boite de nuit. Reconversion plutôt insolite des lieux donc. Aux côtés de ce petit groupe d’inconnus, j’entre pour y découvrir un lieu très simple, si ce n’est pour sa multitude d’horloges en tout genre au mur. Maïté, créatrice du lieu nous accueille et brise très vite la glace, avec son franc-parler et son énergie. Et là, toujours en parlant de reconversion insolite , surprise ! Maïté est docteur en Neurosciences. Elle a quitté de bon coeur les traumas crâniens pour s’adonner à sa passion, chevillée au corps depuis toujours : le jeu.

Et comme tout ce qu’elle fait, quand elle joue, c’est « en grand ». Pendant longtemps, elle est membre d’une association de jeux de rôles. Ils se réunissent, parfois à plus de 150 personnes, chacun interprétant un personnage, un scénario dans un jeu aux règles définies. Elle est aussi bien évidemment mordue de jeux de sociétés, et fréquente la sphère ludique de Lyon. Quand la vague de l’escape game arrivent en France, elle est aux avants-postes, et en teste un grand nombre. Après plus de … l’idée est plantée : pourquoi pas elle ? Elle a les idées et surtout l’énergie de porter un tel projet à bout. Parce qu’un escape game oui, mais de qualité !


Petit rappel : l’escape game, kesako ?

Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de s’essayer aux Escape Games, il s’agit de salles de jeux, dont la mission est de vous en échapper avec votre équipe. Importée d’Asie, le concept arrive en France en 2013, et séduit le public à tel point que l’on dénombre aujourd’hui plus de 650 dans tout le pays, proposant des scénarios et des modes de jeux très variés. Forcément, un tel marché a très vite attiré les franchises et la standardisation. À son habitude, Maïté va prendre le contre-pied de ces tendances. En plus d’avoir tout créé, elle a fait un choix singulier :  au Pass’heure, il ne faut pas s’échapper mais ramener un objet du passé.


Un escape game fait maison

Elle entreprend alors de tout concevoir elle-même et s’entoure de ses proches : à elle le scénario, les décors et l’ambiance, à son père automaticien l’ensemble des mécanismes de la salle de jeux, et à son conjoint la programmation. Dans cette salle si particulière, tout est fait maison, avec de vrais matériaux : les décors en bois et en pierre, sont en vrais bois et en pierre.

Je suis scotchée par son travail, et émerveillée de son concept. Je comprends subitement la signification de “Partenariat”, un terme que j’utilisais pourtant dès l’origine du projet. Ce que je veux vraiment, avec Coffretis, c’est offrir une visibilité aux entrepreneurs qui ont cet énergie, cette envie de faire découvrir leur univers et que leur public passe un bon moment, comme eux l’ont rêvé. Un déclic et un déblocage immédiat, dès la fin de la journée, je la contacterai pour lui présenter Coffretis. Evidemment, je me mets aussi immédiatement en tête d’essayer le jeu.

À nous de jouer !

Après une longe attente pour enfin trouver la date parfait pour notre équipe, nous réservons notre session de jeu au Pass’heure. Première belle surprise, nous réservons un créneau de 2 heures, car Maïté n’interrompt jamais les équipes. Si nous avions besoin de 1h30 pour ramener le Grimoire, alors ainsi soit-il. Une belle surprise d’autant plus que lors de notre dernier escape game, nous avions été interrompus à deux doigts de dénouer l’énigme finale, et en étions sortis particulièrement frustés.

Promis, pas de Spoiler ! 

Le jour J, nous voilà en chemin pour la session. En entrant dans le local, je m’aperçois que la décoration a un brin changé depuis notre première rencontre pour Coffretis  : de nombreuses horloges supplémentaires et surtout ses multiples diplômes de Neurosciences sont fait leur apparition au mur. Le clin d’oeil me fait sourire autant que les explications de Maïté : « dans l’imaginaire, nous sommes une communauté de scientifique, et figure-toi que les gens ne me croient jamais » 😉.

Retour vers le Moyen-Âge

Autour d’un café, Maité nous expose notre mission. Si nous l’acceptons, nous devons remonter le temps pour nous rendre dans le XVème siècle. De là, nous devons retrouver et ramener le Grimoire d’une congrégation de sorcière, ce que nous acceptons sans sourciller. Nous voilà donc équipés d’un transmetteur, si nous avions besoin de nous sortir d’une mauvaise passe, et très rapidement en route pour le Moyen Age dans un vaisseau spatiale temporel.

Un jeu vraiment scénarisé

Nous atterrissons de nuit dans une charmante rue commerçante médiévale, et nous mettons sans plus attendre au travail.

.

.

.

Une heure et quelques minutes plus tard, nous reprenons le vaisseau avec le Grimoire en main. Victoire ! Les énigmes nous ont donné beaucoup de fil à retordre. L’heure est passée si vite, que j’ai vraiment cru être complètement à côté de la plaque un moment, alors que nous étions dans les temps – de l’art de toujours tout vouloir faire vite ! 

Le rythme de jeu était parfait, entre temps de réflexion et d’action, avec des rebondissements qui arrivent pile quand on pense avoir réussi la mission. Un shot d’adrénaline final inattendu qui nous a poussé à coopérer pour revenir au vaisseau, à tel point que nous étions autant étonné qu’heureux d’avoir réussi à ramener le Grimoire. Le jeu est d’un excellent niveau, réellement différent de ce que l’on a déjà pu essayer, cohérent, et rythmé. 

Quelques photos avec le grimoire pour nous immortaliser, et nous souhaitons bon courage à Maïté, qui doit aussitôt réinstaller la salle – que nous avons dûment retourné à la recherche de précieux indices.

Une idée cadeau pour les joueurs invétérés

Le niveau des énigmes est assez élevé, cette expérience s’offre à donc des personnes joueuses, escape game, VR ou jeux de sociétés, et qui sont à la recherche de nouveautés, d’une patte spéciale. 

Lyon 7 – Tous les jours sauf le lundi – 32€ par personne

1 comment

Laisser un commentaire

You May Also Like